Jérémy BESSON (2016-2018) – CENTRALE-SUPELEC

Bac STI2D ITEC (Lycée La Borde Basse – Castres)

En sortant d’un bac STI2D, je ne savais pas trop quoi faire : j’hésitais entre des études courtes et une prépa TSI pour aller vers des études plus longues. J’ai eu une période de doutes car, ayant une maladie génétique m’empêchant d’écrire correctement, je ne savais pas si la prépa m’aurait convenu. Toutefois, après avoir réfléchi longuement, j’ai pris la décision de m’engager dans cette voie, quitte à me réorienter s’il le fallait.

            Le début de la prépa était un peu fastidieux, bien que j’avais des facilités en maths, il m’était dur de trouver une bonne méthode de travail pour certaines matières. L’emploi du temps était assez chargé bien que je n’ai pas souvent eu l’impression de m’ennuyer. À ce stade là, on ne sait pas trop où on a atterri et vers quoi on se dirige.

            Toutefois, au bout de quelques semaines, grâce aux activités de groupe, au climat serein de l’internat que je fréquentais alors sans même y être inscrit et aussi à l’expérience et la bienveillance du corps enseignant, un esprit de cohésion s’est petit à petit installé au sein de la classe.

            Tout au long de ces deux ans, nous avons créé des liens très forts lors d’activités (scolaires ou non) : canoë, ski, raquettes, randonnée, cinéma, … Ces relations là sont parmi les plus solides que j’ai pu établir.

            En somme, peu de temps libre mais des moments intenses.

 

            Ce climat m’a permis de trouver mes repères et, au prix de quelques échecs, j’ai pu progresser dans mon organisation et mon travail. Ensuite je me suis naturellement installé à l’internat en deuxième année, afin de préparer les concours, de me retrouver avec des amis mais aussi de profiter d’explications et d’en faire profiter.

 

Une des nouveautés de la formation sont les khôlles, ce sont des interrogations orales que l’on ne rencontre qu’en prépa :

            En première année, j’y ai trouvé un intérêt pédagogique auprès d’enseignants issus de différents milieux, l’apprentissage des méthodes et de la rigueur scientifique et mathématique étant clés, de même que l’analyse et la synthèse d’informations de textes littéraires ou d’énoncés d’exercices.

            En deuxième année, elles permettent de garder en tête les informations accumulées jusqu’à ce point et de préparer les oraux. Notamment la prestance orale, qui est un atout majeur pour les oraux.

 

            Ces deux années n’ont pas étés faciles tout le temps car les concours ont des exigences assez hautes, certains moments sont durs et cela demande pas mal de travail et de motivation mais ça en vaut clairement la peine, que ce soit sur le plan intellectuel, professionnel ou personnel.

            Si vous êtes intéressé ou encore mitigé quand à votre choix sur APB, ce choix est incontestablement un des meilleurs que vous puissiez faire.

Éléa FORTIN (2016-2018) – Grenoble INP ENSE3

Bac STI2D EE (Lycée Louis Rascol – Albi)

 

J’ai intégré un bac STI2D EE car j’ai toujours été passionnée par les énergies renouvelables. Je voulais poursuivre mes études en intégrant un DUT GEII mais mes professeurs m’ont orienté vers la CPGE TSI en m’expliquant que mon profil scolaire correspondait plus à ce type de poursuite d’étude. J’ai d’abord pris peur en entendant le mot « prépa » et je me suis persuadée que je n’étais pas faite pour ça. Par curiosité et pour en avoir le cœur net, j’ai fait une journée d’insertion où j’ai pu assister à des cours et cela m’a vraiment surprise car ça ne ressemblait vraiment pas à ce que j’avais entendu de la prépa. J’ai eu un déclic et je me suis dit : « mais pourquoi je n’irais pas en prépa ? ». Après une mûre réflexion, j’ai décidé de demander la CPGE TSI du Lycée Louis Rascol et me voila embarquée dans l’aventure qu’est la prépa.

 La prépa apporte beaucoup que ce soit sur le plan intellectuel ou personnel. On y développe nos connaissances dans de nombreux domaines scientifiques et technologiques, mais pas seulement ! On apprend aussi l’anglais, le français-philosophie et on pratique des sports collectifs dans le but d’apprendre ce qu’est l’entraide.

Sur le plan personnel, la prépa m’a permis de faire un travail sur moi-même, j’ai appris à m’ouvrir aux autres, à gérer mon stress et à avoir confiance en moi et surtout à ne pas baisser les bras même si ça n’est pas toujours facile. J’y ai aussi trouvé des amis en or.

 Avec le recul je peux affirmer que nous avons de la chance d’étudier dans de telles conditions, l’équipe pédagogique est unique et vraiment compétente. On trouvera toujours de l’aide, du soutien et de très bons conseils auprès de nos professeurs qui sont à notre écoute. De plus, l’internat permet de renforcer la cohésion de la promotion, il est donc un atout majeur pour réussir !

 Pour finir, je pense que la meilleure stratégie est d’avoir un profil équilibré, par conséquent il ne faut négliger aucune matière et combler ses lacunes le plus rapidement possible pour partir sur de bonnes bases. Il n’y a pas de formule miracle qui marche à tous les coups pour réussir mais je pense qu’il faut travailler, s’entraider, s’organiser, garder un temps de sommeil convenable et se détendre un peu car c’est important de garder le moral et de rester positif ! J

La prépa, ça n’est pas toujours facile mais dites vous bien que le travail finit toujours par payer et que ça en vaut la peine !

Samy GANE  (2015-2017)  -  ISAE SupAéro Toulouse

Bac STI2D EE   (Lycée Gustave Eiffel - Bordeaux)

J’ai obtenu un BAC Sciences et Technologies de l’Industrie et du Développement Durable (STIDD) option Energie Environnement au lycée Gustave Eiffel à Bordeaux. L’idée de devenir ingénieur me tentait mais lorsque j’ai découvert le fonctionnement des classes préparatoires, cela m’a premièrement rebuté. Je me suis tout de même laissé convaincre par mes professeurs et des témoignages d’anciens élèves. J’ai donc mis en premier vœu la TSI du lycée Louis Rascol de par sa renommée et sa position géographique dans le sud. Je cherchais en effet à m'éloigner un peu de Bordeaux pour me plonger à fond dans mes études. Je n’ai ensuite aucunement regretté mon choix et je garde de superbes souvenirs de ces 2 ans.

J’ai donc été en internat où le luxe n’était pas forcément « évident » mais où l’ambiance était géniale ! Certes le travail à fournir n’a pas été négligeable mais on ne s’en rend pas forcément compte car on travaille rarement seul. L’internat du lycée Louis Rascol a en effet vraiment aidé à ma réussite, mais j’en garde aussi une sacrée bande de potes inoubliables.

Egalement, les professeurs ont contribué à l’obtention de mon école. Il y a en effet une superbe équipe (le mot est bien choisi) à Rascol. Les professeurs sont là pour tous les élèves, ils sont vraiment à l’écoute de tous et leur expérience des concours permet vraiment d’obtenir le maximum à ceux-ci.

Je peux donc vraiment affirmer que la CPGE-TSI du lycée Louis Rascol m’a permis d’obtenir de bon résultats et ensuite d’intégrer l’excellente école d’aéronautique ISAE-Supaéro. Aujourd’hui je m’éclate dans cette école, les cours sont très diversifiés et les clubs sont géniaux. Je ne regrette pas d’être passé par la TSI de Rascol donc n’hésitez pas !

Alexis BARBOT (2013-2015)  -  Centrale Paris

Bac STI2D ITEC (Lycée Saint- Gabriel - Saint-Laurent-sur-Sèvre - Vendée)

J'ai effectué ma prépa TSI au Lycée Rascol de 2013 à 2015 (concours passés en 2015) suite à un bac STI2D option ITEC obtenu avec mention Très Bien. Suite au Concours CentraleSupélec et au Concours Commun Polytechnique, j'ai intégré Centrale Paris en 2015 (qui est devenu depuis CentraleSupélec).
Tout d'abord, la prépa TSI est un formidable tremplin aux élèves de baccalauréat technologique: il est possible d'obtenir une école prestigieuse avec le même statut que n'importe quel autre étudiant ayant eu un baccalauréat scientifique. Bien évidemment, tout concours nécessite une bonne préparation exigeante.
J'ai choisi de candidater à la prépa TSI de Rascol car elle disposait de très bons retours et de bons résultats du point de vue intégration aux grandes écoles. Et je ne fus pas déçu. 
J'ai vécu deux années formidables m'ayant permis de développer des capacités de travail relativement impressionnantes, bien utiles pour la suite. L'équipe pédagogique est bien rodée et à l'écoute des étudiants : elle possède une expérience de nombreuses années lors desquelles de nombreux étudiants ont réussi. Cette expérience est indispensable puisqu'elle inclut la connaissance de tous les rudiments et les obstacles à éviter dans l'optique d'une réussite aux concours.
Autre élément moteur : l'éloignement du domicile familial (situé à 6h de route d'Albi) qui constituait un atout majeur pour ces 2 années. En effet, mon environnement quotidien était la prépa, avec globalement moins de distractions et un meilleur univers propre au travail. Idéalement placé à 2 minutes des salles de classes, l'internat permettait d'avoir une bonne ambiance dans notre classe puisque nous vivions tous ensemble et développait l'entraide au niveau du travail. Il était également ouvert le weekend.

Pour résumer, faire une prépa TSI à Rascol c'est disposer d'un environnement favorable et d'une équipe de choc tournée vers votre réussite !

Morgane SOUBEYROUX  (2013-2015)  -  ENSTA ParisTech

Bac STL  (Lycée Déodat de Séverac – Toulouse)

J’ai choisi d’intégrer la CPGE-TSI de Rascol car je connaissais, par mon frère passé avant, la qualité de l’enseignement, des lieux et des résultats aux concours. Et je n’ai pas été déçue ! En effet, durant deux années j’ai pu profiter d’une équipe pédagogique d’expérience, d’excellence et proche des élèves. C’est grâce à ce soutien quotidien que j’étais constamment motivée et que j’ai pu intégrer mon premier choix d’école !

Quand on parle de CPGE, on pense de suite à deux années de travail acharné sans sports ni vie sociale mais ce n’est pas totalement vrai. Certes, il faut fournir une charge de travail qui dépend des capacités de chacun mais le fait qu’on soit en internat tous ensemble change tout. En effet, cela permet d’avoir un soutien de travail et moral à tout moment. Et je pense que c’est ce qui fait, en partie, la force de Rascol.

Après ma prépa, j’ai intégré l’ENSTA Paristech : l’école de mes rêves. J’ai rencontré beaucoup de difficultés en maths la première année car l’ENSTA est une école généraliste qui recrutent principalement des MP*. Mais je me suis accrochée encore une année de plus et j’ai réussi à passer ce cap et en 2ème année. Je me suis réellement épanoui dans cette école à travers les assos,le sport et les divers projets. J’ai, finalement, choisi de poursuivre dans le domaine de la mécanique et plus particulièrement dans le domaine des transports terrestres en dernière année ce qui n’était pas une évidence pour une ex-STL.

Aujourd’hui, en cette fin de dernière année d’école, je pars en stage bientôt et je suis très fière de mon parcours. Je remercie tout ceux qui m’ont permis d’être là et ces années de prépa n’y sont pas pour rien !

Elise COUTURIER (2011-2013)  -  Télécom Nancy

Bac STL  (Lycée Louis Armand - Poitier)

J’ai passé mon BAC STL option physique (spécialité PLPI option CR avant la réforme) à Poitiers.

Pourquoi ai-je choisi de faire une TSI ?

La TSI était pour moi une chance et un tremplin pour accéder à des écoles et à des opportunités de carrières qui sont majoritairement réservées aux prépas scientifique (MP, PSI,..). Après avoir visité différentes prépas TSI, plusieurs raisons ont fait que Rascol correspondait le mieux à mes attentes: 

-un internat ouvert tous les week-end, peu onéreux, la possibilité d’être en chambre seule pour les filles,

- la proximité de la nature et d’une petite ville chaleureuse aux portes du lycée afin de s’aérer et de se faire plaisir,

- une très bonne préparation aux concours,

- des infrastructures sportives, une salle de musique même à disposition le week-end pour décompresser.

J’ai intégré la prépa en septembre 2011. Pour moi, même si il y a eu des hauts et des bas, ces deux ans années resteront indélébiles. La cohésion d’une promotion varie d’une année à l’autre, les affinités diffèrent, toutefois, les rencontres que j’ai pu faire, la ville, le cadre, les moments vécus avec mes amis à l’internat sont les plus beaux souvenirs que je garde.

Le lien avec les enseignants est fort car la plupart d’entre eux sont passés par là et savent ce qu’on endure. Ils donnent beaucoup de temps et d’énergie à nous faire progresser et à tirer le meilleur de nous-mêmes. Certains sont prêts à tout donner pour nous voir réussir et nous épanouir que ça soit en prépa, en école et au-delà. Pour ma part, j’étais loin d’être la meilleure dans ma promotion, c’était même très laborieux dans certaines matières mais on a toujours pris le temps de m’expliquer, de me redonner confiance. Et ça a marché, on m’a fait atteindre un niveau le jour J que je n’ai jamais atteint pendant ma prépa.

J’ai choisi d’intégrer Télécom Nancy. C’est une école qui forme des ingénieurs dans l’informatique (l’ingénierie logiciel, le big data, etc) et non dans les télécoms paradoxalement (pas de cours en physique appliquée, ni de cours d’élec, ni de cours sur les transmissions/antennes/radars, etc). Elle nous forme à devenir principalement des ingénieurs développeurs qui s’orienteront pour la plus part dans des sociétés de services, des institutions financières, sociétés de conseils, car ce sont ces sociétés qui occupent le plus le marché dans le secteur de l’ingénierie informatique.

Après ces trois années exigeantes ainsi que beaucoup de travail et de soutien (car intégrer une école ne veut pas dire, être automatiquement diplômé(e) loin de là), j’ai réussi à décrocher mon diplôme. Aujourd’hui, j’ai la chance de travailler dans un cadre qui me correspond et auquel je me sens à ma place.

Ce que je retiens de mes deux ans: des rencontres extraordinaires, des bons moments et plein de fous rires à l’internat, des enseignants à la fois ange et démon (nous maintenir éveillés en ouvrant les fenêtres de la salle A6 en plein hiver, on s’en souvient ;-)) et enfin aujourd’hui la concrétisation de tous nos efforts.

Fabien DURAND (2009-2011)  -  ISAE (SupAéro)

Bac STL

"J’ai intégré la prépa TSI Rascol en 2009 suite à un bac Technologique STL (Sciences et Techniques de Laboratoire) au lycée François d’Estaing à Rodez.  A ce moment là de ma scolarité je souhaitais m’orienter vers un BTS, après avoir discuté avec mes professeurs du lycée j’ai pris conscience que mes notes me permettaient de postuler. J’ai profité de la journée portes ouvertes de l’établissement pour aller rencontrer les professeurs de la prépa et visiter l’établissement à Albi. J’ai été très bien reçu et cette visite a été pour moi le déclencheur. Bac en poche direction Albi.

 

J’ai découvert en prépa à Rascol un cadre de travail de grande qualité qui m’a permis de grandir aussi bien d’un point de vue scolaire que d’un point de vue humain. Tout d’abord, je souhaite remercier l’équipe pédagogique de la TSI Rascol qui a su me permettre d’acquérir un très bon niveau technique grâce à leur exigence et leur professionnalisme. Les cours dispensés pendant les deux ans de prépa demandent une attention et une concentration particulière de la part de l’élève mais la proximité des professeurs et leur suivi quasi individuel permettent de donner son maximum. Outre le côté technique, la prépa m’a surtout appris à me dépasser et à prendre confiance en moi.

La charge de travail à fournir reste toutefois importante, mais le fait de partager cette période avec des camarades de promo à l’internat a permis de créer un vrai esprit d’équipe entre-nous. Que ce soit avec les professeurs ou avec les autres élèves, il existe à Rascol un vrai esprit de famille et d’entraide. En plus des séances de sport tous ensemble sur le campus, plusieurs sorties (ski, rando, restaus,…) viennent renforcer la cohésion.

 

Ces deux ans à Rascol m’ont préparé au mieux aux concours des grandes écoles. J’ai fini par intégrer l’école SUPAERO à Toulouse en 2011. Les premiers temps à l’école furent un peu difficiles du fait de l’intégration au milieu d’élèves issus de grade filières PSI*, MP* (surtout en maths je dois avouer). Ensuite, lorsque les matières se rapportant aux sciences de l’ingénieur (Elec, Autom, Méca,…) sont abordées, j’ai pu profiter de mes bases issues de la prépa pour réussir au mieux. La vie associative de l’école est très variée et chacun peut s’adonner à ses occupations (rugby, fanfare et association solidaire pour moi). Suite à mes années d’études, j’ai intégré en 2015 un cabinet de conseil en management Mews Partners à Paris. J’interviens au sein de grands groupes sur des problématiques d’amélioration de la performance industrielle.

 

En conclusion, je garde d’excellents souvenirs de mon passage à Rascol (en plus de très bons amis). Je vous conseille, si vous en avez l’occasion, d’intégrer cette classe préparatoire de très haut niveau. Pour moi la TSI Rascol est un tremplin de très haut niveau vers les grandes écoles alors n’hésitez plus ! "

Kevin FORTIN (2009-2011)  -  Mines Paris

Bac STI Génie Electrotechnique

 

"J'ai intégré la 33ème promotion TSI de Rascol en 2009 (si ma mémoire est bonne) après un BAC STI Génie Électrotechnique. J'avais tout d'abord choisi cet établissement pour le cadre que l'on m'avait présenté ainsi que pour la clarté de la description de la formation lors d'une journée "portes ouvertes". Premier constat dès les premiers mois passés à Rascol, on ne m'avait pas menti!

Du point de vue de la scolarité, Rascol dispose d'une équipe pédagogique soudée et disponible, forte d'une expérience établie depuis la création de la prépa TSI ce qui lui permet de maîtriser complètement l'objectif final visé : préparer au mieux les élèves à passer les concours. À titre personnel, et pour illustrer de quelle manière cette préparation est de qualité, j'ai pu intégrer une école d'ingénieur à 1000 lieues de mes prétentions initiales : l'École des Mines de Paris. D'autres anciens élèves pourront également mettre en avant à quel point cette formation ne vous forme pas uniquement à réussir les concours mais surtout à dépasser vos limites.

On pourrait croire que cette réussite se fait au détriment de la vie sociale des étudiants ou d'un rythme de travail excessif, ce n'est pas le cas. Je ne dis pas non plus qu'entreprendre cette CPGE est une partie de plaisir, il faut fournir un travail conséquent pour progresser et pour se surpasser. Toutefois, cette charge de travail se fait dans un cadre bienveillant où l'intégralité de l'équipe pédagogique ainsi que vos camarades de promo n'hésitent pas à vous aider si certaines difficultés se posent.

Ce cadre bienveillant est établi d'une part grâce à la proximité des étudiants à l'internat (ce que je conseille vivement pour pouvoir travailler avec vos camarades sur des sujets où le travail d'équipe peut s'avérer très utile) et grâce aux activités extra-scolaires organisées avec les professeurs (WE ski, randonnnées, repas, ...).

Je pourrais continuer à parler de mon expérience à Rascol pendant de longues heures, tellement je garde de bons souvenirs de ces deux années. Il m'est arrivé de repasser voir mes professeurs quelques années après avoir quitté Rascol, c'est pour dire qu'ils ne m'ont pas traumatisé

Après cette formation, j'ai intégré l'École des Mines de Paris. J'ai découvert de nouveaux domaines à étudier et je me suis plutôt bien intégré dans cette école. Certaines matières pouvaient s'avérer compliquées à suivre (notamment les mathématiques) mais cela ne m'a pas empêché de profiter de la vie associative en faisant partie du bureau des élèves. Parfois, on ressent un écart de niveau (notamment dans les matières où une forte capacité d'abstraction est requise) mais cela est principalement lié au fait que les programmes de la CPGE TSI ne vont pas toujours aussi loin que celui des MP, PC, PSI et autres.

Depuis ma sortie d'école, j'ai été embauché chez Naval Group (ex-DCNS) où je travaille actuellement comme ingénieur en sécurité. Mon rôle est d'accompagner les équipes responsables de la conception des sous-marins (pour la France ou l'export) et de m'assurer que les architectures des systèmes présents à bord assurent un niveau de sécurité satisfaisant pour le sous-marin et l'équipage. Pour la petite anecdote, j'ai souvent besoin de ressortir mes cours de mécanique et d'électrotechnique de TSI compte tenu de la forte composante technique de mon travail (j'en profite pour remercier à nouveaux mes professeurs pour la clarté de leurs cours qui m'aident dans beaucoup de situations).

En conclusion, je vous donnerai un conseil : vous hésitez entre Rascol et un autre établissement pour votre CPGE TSI ? N'hésitez plus, choisissez Rascol! Vous ne regretterez pas votre choix!"

LYCÉE LOUIS RASCOL

10, rue de la République

81000 Albi, France

www.prepatsirascol.com

Nos coordonnées

T : 05 63 48 25 00

© 2017. Un Autre Reg'Art